Balades en Suisse

La Brecca, une vallée sauvage…

Voici la randonnée la plus longue que nous ayons fait en famille pour l’instant. Un peu plus de 15 km sur les hauts du Lac Noir, passant par différents types de sentiers… et parfois même sans sentier du tout !

Tout commence par une ascension en télésiège deux places, jusqu’à la Riggisalp. Une fois arrivés à destination, il suffit de suivre les panneaux bruns “Urlandschaft Brecca” (littéralement “Paysage sauvage de la Brecca”). Ceux-ci nous font emprunter un chemin balisé jaune, à savoir un sentier facile d’accès. Une jolie promenade à travers les alpages.

Après un peu plus de quatre kilomètres de balade, nous arrivons à un croisement permettant d’opter soit pour le petit tour de la Brecca, soit pour le grand tour.
En partant à droite, pour la variante allégée de la balade, on continue à suivre un sentier jaune. En partant à gauche, on opte pour le trajet le plus long, menant sur un chemin de montagne balisé blanc-rouge-blanc.
Après une petite hésitation de quelques minutes, ne sachant pas vraiment à quoi s’attendre, nous avons choisi la deuxième possibilité. Après tout, il est toujours possible de faire demi-tour si ça devient trop compliqué !

Au final, en choisissant cette variante, voici le trajet complet de notre balade, que nous avons réalisée en cinq heures et demie de marche effective :

Parcours de 15,5 km dans la vallée de la Brecca
Parcours de 15,5 km dans la vallée de la Brecca

Ce sentier de montagne (en rouge sur la carte ci-dessus) devient de plus en plus difficile au fur et à mesure que nous avançons. Tantôt dans la forêt, le sentier se rétrécit de plus en plus. Puis, nous voilà sur un sentier rocailleux tout juste assez large pour y mettre les deux pieds.

Terminée la balade sereine du début, nous voici face à un parcours qui devient passablement accidenté !
Au bout d’un moment, nous arrivons vers un passage un peu plus délicat, où il n’y a carrément plus de chemin à suivre, mais des rochers à escalader, cherchant du regard la prochaine balise rouge et blanche à l’horizon, pour savoir dans quel sens se diriger.

On avance gentiment, vraiment pas très vite, mais sans trop de problèmes. En regardant bien où l’on met les pieds, en s’arrêtant souvent pour s’assurer que tout le monde suit et en s’aidant les uns les autres, on arrive finalement à terminer ce périple accidenté pour, heureusement, revenir sur un joli sentier au milieu des pâturages…

La suite de la randonnée est ponctuée de nombreuses buvettes d’alpage où il fait bon se désaltérer et manger quelques spécialités afin de reprendre des forces pour la dernière ligne droite.
Enfin, quand je dis “droite”, c’est une façon de parler. Car la descente se poursuit de façon de plus en plus prononcée, sur un sentier sinueux dans la forêt.

Au final, après être passés par des pâturages tranquilles, des pierriers acrobatiques, des sentiers forestiers et des escaliers aux marches irrégulières, nous empruntons le chemin longeant le Lac Noir, permettant ainsi de rejoindre notre point de départ, au bas du télésiège.


Certes cette randonnée n’était pas de tout repos. Mais la beauté des paysages rencontrés tout au long de la balade en vaut vraiment la peine.

Je tiens encore à préciser que nous avons réalisé ce parcours avec nos deux filles âgées de 9 et 12 ans. Il n’y a donc aucune difficulté infranchissable durant cette promenade, hormis peut-être la durée qui peut éventuellement être un peu longue pour les plus jeunes.

Nous avons vraiment passé une chouette journée, et sommes rentrés fiers des efforts réalisés !

Aucun commentaire

Cliquez ici pour écrire un commentaire

Les voyages à l’heure du COVID-19

Après le Canada en 2018 et l’Islande en 2020, j’ai déjà quelques idées pour de futurs voyages en solo.
Mais l’arrivée du coronavirus change quelque peu la donne et les projets doivent être remodelés.

Mon Road Trip à travers la Nouvelle-Zélande, initialement prévu pour 2021-2022, sera reporté à 2024 si tout va bien…

En attendant, d’autres voyages plus courts et moins éloignés vont peut-être voir le jour pour ces prochaines années.

Mais pour l’heure, il faut attendre de voir comment la situation sanitaire évolue d’ici-là…