vendredi 14 décembre 2018

Canada – Jour 10 : A la rencontre des rorquals et des ours noirs

8

Les animaux sont à l’honneur aujourd’hui. Que ce soit sur l’eau ou en forêt, j’ai eu la chance de pouvoir en observer beaucoup, malgré une météo froide et humide.

Pour débuter la journée, après un bon déjeuner au motel, je me suis rendu au rendez-vous fixé la veille pour la croisière aux baleines. Malheureusement, le départ est reporté à 11h30, la météo n’étant pas suffisamment bonne.
Qu’allais-je donc bien pouvoir faire durant trois heures, sous une pluie battante, ayant déjà visité le seul musée de la région ? Trouver un café histoire de rester au chaud, me semblait être une bonne alternative. Mais le problème, c’est que tous les cafés et dépanneurs de la région sont fermés, fin de saison oblige. Les seuls qui sont ouverts sont à Tadoussac, à près de 40 kilomètres. N’ayant pas trop la motivation de m’y rendre, j’ai préféré rester dans la voiture, à potasser mes guides de voyages.

Les heures ayant finalement passé pas trop lentement, je me suis rendu au deuxième rendez-vous. J’étais assez confiant, la pluie ayant presque complètement cessé. Malheureusement, on m’a informé qu’un brouillard épais s’était formé dans la zone d’observation des baleines et qu’une décision devait être prise dans la demi-heure pour un éventuel report de la croisière.
Au final, le capitaine a donné le feu vert pour le départ, malgré un brouillard assez épais sur le Saint-Laurent, car la visibilité est suffisante (3 km environ) et des baleines ont été repérées.

J’ai donc enfilé ma veste polaire, mon coupe-vent doublé, mon écharpe, mes gants, ma “tuque”, ainsi que la veste rembourrée que nous a fourni la compagnie. J’avais tellement de couches que je ne pouvais presque plus bouger ! Puis, j’ai embarqué sur le zodiac, en route pour une expédition de deux heures sur le Saint-Laurent. Et la chance était au rendez-vous, car il y avait tellement de baleines que je ne savais plus où donner de la tête : des petits rorquals par dizaines, un rorqual commun, des baleines à bosses, ainsi que de nombreux phoques. Quel spectacle fabuleux !

Par contre, le moins que l’on puisse dire, c’est que malgré toutes les couches de vêtements, j’ai été glacé jusqu’aux os. A la fin, je ne pouvais plus prendre de photos tellement mes bras et mes mains étaient gelés.
Mais cela valait vraiment la peine de supporter ce froid glacial, car j’en ai vraiment pris plein les yeux…

C’est très heureux, mais transi de froid que j’ai repris la route, profitant du chauffage de la voiture pour me réchauffer. J’ai roulé en direction du lac Saint-Jean, sans savoir exactement où j’allais m’arrêter. L’important était essentiellement de rouler, afin de vaincre le froid.
Mais alors que je n’avais pas encore retrouvé une température agréable, je suis passé devant un point de vue magnifique. Des arbres dans la brume, se reflétant dans un lac. J’ai pris mon courage à deux mains, et ai quitté un instant le chaud de l’habitacle pour prendre quelques clichés de cette scène de toute beauté.

Quelques kilomètres plus loin, j’ai vu un panneau publicitaire sur l’observation de l’ours noir en pleine forêt.
Je m’y suis arrêté pour obtenir quelques informations complémentaires. Et finalement, j’ai pu prendre part à l’expédition de 17h00. Ça tombe bien, il est 16h30, plus qu’une demi-heure à attendre.

Après avoir visionné un petit film sur l’ours noir, puis écouté attentivement les consignes de sécurité, j’ai pris place à bord d’un bus scolaire (les fameux bus jaunes) en direction de la forêt. Il y a deux règles principales à suivre : ne pas avoir de nourriture sur soi, et observer un silence total durant toute l’observation, qui peut durer entre une et deux heures, selon la présence des ours.

Dix minutes plus tard, nous nous sommes arrêtés dans la forêt. Puis, nous avons marché deux minutes, avant de rejoindre un petit abri en bois. J’ai été très surpris, car je pensais que nous allions voir des ours derrière un grillage. Eh bien non ! Nous étions au beau milieu des bois, dans leur environnement naturel, à une centaine de mètres de la clairière où ils devaient venir, sans aucune clôture ni protection. J’espère que le guide sait comment réagir en cas de problème !

Au milieu de la clairière, de la nourriture a été déposé afin de les attirer. Au menu, gâteaux, fruits, viande et poisson. Après une dizaine de minutes, un premier ours est apparu. Impressionnant. Quelle masse imposante. Mais il n’était déjà plus seul, un congénère l’avais déjà rejoint pour partager son repas. Selon le guide, il s’agit de deux mâles âgés de deux et trois ans.

Ils sont restés devant nous une bonne demi-heure, à manger, puis à se dégourdir les pattes dans les bosquets. Puis, ils sont finalement repartis comme ils étaient venus, sans aucun bruit.

Les prendre en photo n’était pas un exercice très facile. Il faisait très sombre et il ne fallait pas faire de bruit. Mais j’ai quand-même pu leur tirer le portrait…

De retour à la voiture, vers 18h15, je me suis mis à la recherche d’un hébergement pour la nuit. Demain, je vais reprendre la route le long du Fjord du Saguenay. Je ne sais pas encore exactement ce que je vais y faire, mais je verrai ça demain. En attendant, bonne nuit !

Partager l'article

8 commentaires

  1. R. et S. Fontaine on

    Hello Bertrand,
    Magnifique,super.
    De belles photos, des moments inoubliables.Nous sommes heureux pour toi.
    Nous te souhaitons encore de belles découvertes.
    Bonne route et à bientôt sur ton site.
    Bisous.

    • Hello,
      C’était vraiment splendide. Les rorquals à bosses sont des animaux impressionnants et nagent de manière très gracieuse.
      Par contre, je crois que je n’ai jamais eu aussi froid de ma vie…
      A bientôt !

  2. Vorlet Pascal on

    Un seul mot : Génial ! De toute beauté ! Et en plus, tu as eu la chance de connaître le grand froid alors qu’ici il fait trop chaud ! 🙂 🙂 Bonne continuation !

    • Hello Pascal,
      Oui, c’est vrai. Et pour moi qui déteste le chaud, ça me convient parfaitement… 🙂

  3. Fontaine sonia on

    Hello,
    Magnifique tes photos, merci du partage. Que de souvenir, en voyant les baleines, c’est un magnifique spectacle. Tout de bon pour la suite de ton aventure.

  4. Hello Bertrand,
    De bons souvenirs qui ressortent lors de la vision de tes photos qui sont magnifique. Ne te stress pas trop avec ces petites bêtes mais profite à fond de ton voyage. A bientôt
    Pascal

    • Hello,
      Oui, c’était vraiment un spectacle magnifique à voir.
      Ne t’inquiètes pas, je ne vais pas laisser quelques petites bêtes me gâcher mon voyage 😉
      A+

Ecrire un commentaire