Balades en Suisse

Randonnée vertigineuse sur le pont tibétain Carasc

Dans la région tessinoise de Monte Carasso, le pont tibétain Carasc relie les localités de Curzútt et de Sementina à travers une vallée quasiment inaccessible. D’une longueur de 270 mètres, cette passerelle est suspendue à 130 mètres au-dessus du vide, rendant l’expérience riche en émotions !
Mais avant de pouvoir fouler les planches de cette structure construite en 2015, le chemin qui y mène n’est pas de tout repos…

Tout d’abord, une fois arrivé à Monte Carasso, nous avons pris la télécabine en direction de Mornera jusqu’au premier arrêt intermédiaire : Curzútt.
Attention en descendant de la cabine, car l’arrivée se fait sur une toute petite plateforme en hauteur, sans aucune barrière de sécurité.

Curzútt est un joli petit hameau pittoresque. De là, en suivant les panneaux blancs “Ponte Tibetano”, le pont tibétain se trouve à une petite heure de marche.
Le sentier, agréable, démarre à travers les vignobles, les châtaigners et les vieux murs de pierres, typiques de cette région. Après quelques minutes de marche, nous arrivons à la chapelle San Bernardo d’où il est possible d’admirer un point de vue sur la plaine.


En quittant la chapelle, le rythme change peu à peu, au fur et à mesure que le sentier s’enfonce dans la forêt. Le chemin tranquille du début se transforme rapidement en escaliers irréguliers, serpentant entre les racines et les cailloux. Une montée passablement raide certes, mais sans grande difficulté pour autant que le sol ne soit pas trop humide et que l’on soit équipé de bonnes chaussures de marche.

L’ascension est escarpée et constante presque tout le long du parcours, sauf durant les dix dernières minutes où le dénivelé s’inverse. La montée fait alors place à une descente tout aussi raide, permettant finalement d’arriver devant le pont tibétain.
Et là, devant un tel spectacle, le chemin parcouru se fait très vite oublier et la fatigue fait rapidement place à un sentiment de satisfaction.

Après l’avoir admirée depuis la terre ferme, il est donc temps de traverser cette passerelle suspendue au milieu du vide.
Et comme on peut facilement l’imaginer, ça bouge ! Sensibles au vertige s’abstenir…

Mais pour les autres, quelle expérience fantastique. Se retrouver, comme ça, l’air de rien, à 130 mètres au-dessus du vide et si éloigné de la terre ferme qu’on l’aperçoit à peine. Vraiment impressionnant…


Une fois le pont traversé, il est possible de continuer dans le même sens pour redescendre à pied en direction de Monte Carasso, ou de revenir sur nos pas pour faire le chemin en sens inverse.
Nous avons opté pour la deuxième solution, profitant ainsi de nous désaltérer au restaurant de Curzútt, avant de reprendre la télécabine en direction de Monte Carasso.

Ce fut une très belle balade. Et finalement, une fois le dénivelé affronté, quel émerveillement de se retrouver face à cette passerelle imposante.
Accéder à ce pont se mérite, mais l’effort en vaut vraiment la peine !

Quelques liens…

► Infos pratiques sur le site internet de Curzútt (en italien)
► Horaires et tarifs de la télécabine Mornera

Aucun commentaire

Cliquez ici pour écrire un commentaire

Les voyages à l’heure du COVID-19

Après le Canada en 2018 et l’Islande en 2020, j’ai déjà quelques idées pour de futurs voyages en solo.
Mais l’arrivée du coronavirus change quelque peu la donne et les projets doivent être remodelés.

Mon Road Trip à travers la Nouvelle-Zélande, initialement prévu pour 2021-2022, sera reporté à 2024 si tout va bien…

En attendant, d’autres voyages plus courts et moins éloignés vont peut-être voir le jour pour ces prochaines années.

Mais pour l’heure, il faut attendre de voir comment la situation sanitaire évolue d’ici-là…