Canada – Jour 5 : Une journée à Québec

Aujourd’hui, j’ai prévu de flâner dans les rues pittoresques du Vieux-Québec. Puis, en deuxième partie de journée, un petit tour du côté de la chute Montmorency, en périphérie de la ville.

Quand on veut flâner dans une ville, le mieux, c’est qu’il fasse beau. Malheureusement, l’état du ciel aujourd’hui m’a obligé à revoir quelque peu mon programme. Mais ce n’est pas grave, j’arrive parfois à faire preuve d’un peu de flexibilité.

C’est donc sous un ciel gris que j’arrive au cœur du Vieux-Québec. Pour commencer la matinée, je me suis rendu au port, pour prendre le traversier me menant jusqu’à la ville le Lévis, de l’autre côté du Saint-Laurent. Idéal pour prendre une photo de Québec depuis la rive d’en face (photo ci-dessus) !

C’est juste après mon retour sur Québec qu’il a commencé à pleuvoir. En quelques minutes, ce sont des trombes d’eau qui se sont abattues sur la ville. Mais ce n’est pas grave. Comme on me l’a dit dernièrement : “il n’y a pas de mauvais temps, il n’y a que de mauvais vêtements”. J’ai donc pu continuer ma visite sous la pluie, avec des habits de circonstances. Pour les photos, par contre, c’est autre chose. J’ai quand-même pu en faire quelques-unes entre les différentes averses de la journée.

Et comme si le temps n’était déjà pas assez humide, me voilà parti pour rejoindre la chute Montmorency, à 30 minutes de bus du centre-ville. Un endroit très impressionnant.
Grâce à un réseau de passerelles, d’escaliers et de téléfériques, il est possible de faire le tour complet de la chute. De droite à gauche et de haut en bas, de quoi l’observer sous toutes les coutures.
Pour les plus sportifs, il y a même une gigantesque tyrolienne qui passe par-dessus la chute d’eau, ainsi qu’une via ferrata. Mais personnellement, mon choix s’est porté sur les escaliers pour la descente et le téléphérique pour remonter…

Voilà, ma visite express de Québec en une journée est terminée. Au programme de demain, plus de 700 kilomètres de route à avaler, afin de rejoindre Percé, à l’autre extrémité de la Gaspésie. Il va falloir se lever tôt !

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires